Les NFTs dans le futur : révolution technologique ou mirage économique ? 

Billet écrit par Catarina Fernandes, Reine Danielle Mfeungwang, Elias Michel

Un tournant numérique

Largement reconnus après le lancement du projet cryptokitties en 2017, les NFTs ont rencontré un succès grandissant dans les années qui suivirent, passant de 62,9 milliards de volumes échangés en 2019, contre 250,8 milliards en 2020.

L’accélération de l’hyperdigitalisation observée lors de la pandémie du COVID-19, joue vraisemblablement un rôle non négligeable dans cette augmentation exponentielle. En effet, pendant le confinement, plusieurs secteurs économiques ont été gravement impactés, et celui de la culture plus particulièrement. De nombreux artistes ont par conséquent été contraints de trouver une nouvelle manière d’exprimer et de diffuser leur art. C’est ainsi que la Blockchain et les NFTs ont connu une expansion fulgurante, gagnant rapidement en popularité et notamment parmi des figures publiques comme Elon Musk ou encore Kylian Mbappé,  ce qui a d’autant plus entraîné une médiatisation accrue de ces technologies.

Qu’en est-il de leur utilisation aujourd’hui ? Quels sont les enjeux actuels des NFTs et de la blockchain dans la monétisation des contenus pour les créateurs indépendants ? Pour le comprendre, reprenons les bases.

NFTs et blockchain : l’essentiel

Pour mieux comprendre, NFT veut dire « Non-Fungible Token », en français « jeton non-fongible » et la blockchain est sa technologie sous-jacente. On doit donc comprendre la blockchain avant tout pour ensuite aborder les NFTs.

Il faut premièrement qu’une transaction (d’argent comme le bitcoin, ou de données) ait lieu. Les informations de cette transaction sont sécurisées en utilisant des clés publiques et privées, puis envoyées à un réseau d’ordinateurs qui validera la transaction. Une fois cela fait, les informations sont regroupées en bloc, puis ce bloc est cryptographié pour assurer sa sécurité. Il est ensuite ajouté à une chaîne de blocs immuables, et cet ajout est communiqué à l’entièreté des nœuds du réseau, qui vérifient et mettent à jour leur copie de la blockchain. Ainsi, un bitcoin ne peut être dépensé deux fois, car la transaction est connue de tout le réseau.

« Fungible » signifie qu’un capital peut être interchangé, par exemple des billets de monnaie : on peut échanger un billet de 100 contre deux billets de 50. La valeur ne change pas non plus : cinq bitcoins auront toujours la même valeur que cinq autres bitcoins. « Non-fongible » veut donc dire que le capital n’est pas interchangeable et qu’il possède des propriétés uniques.

Le NFT est un type de capital qui peut faire l’objet d’une transaction sur la blockchain. Le fonctionnement est pareil au bitcoin, sauf que le NFT est un contenu digital unique : ça peut être un tweet, un parfum, une bouteille de whisky, des couleurs, un bâton pour chien ou encore des bagues de mariage. Cependant, c’est bien sûr la plupart du temps de l’art. Les NFTs reproduisent l’effet de rareté d’une œuvre d’art physique pour les images digitales. Cela permet notamment de mettre aux enchères le NFT, de tracer la propriété, ou de monter une collection, tout comme on pourrait faire avec les œuvres d’art du monde matériel. Aussi, l’artiste créateur de l’art reste propriétaire du droit d’auteur, mais le propriétaire du NFT possède la « preuve » de propriété et originalité du NFT.

Les impacts de ces technologies sont nombreux. Écologiquement, c’est un désastre : les NFTs et cryptomonnaies sont extrêmement énergivores, consommant environ 4x plus d’énergie pour produire 1 dollar en bitcoin que 1 dollar en cuivre. Autre exemple peut-être plus parlant : chaque transaction de bitcoin consomme en énrgie autant qu’une maison aux États-Unis consomme en… 26 jours. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. L’impact économique est également non-négligeable : le NFT le plus cher au monde a été vendu aux enchères à une modique somme de 91,8 millions d’USD. Malgré tout, le marché du NFT n’est pas en bonne posture actuellement, sans pour autant signer son arrêt de mort.

Entre opportunités et obstacles

Représentant un grand bouleversement pour les créateurs indépendants, les NFTs remettent en question la création, la distribution, voire l’essence même des œuvres numériques en requestionnant la définition d’une œuvre. Parallèlement, ils peuvent représenter une aubaine en ouvrant les champs des possibles pour l’art numérique, permettant aux artistes de mieux contrôler leur production notamment.

Un NFT garantit la propriété de l’œuvre numérique grâce à son accessibilité, traçabilité et sécurité. En effet, ils permettent aux artistes d’atteindre un potentiel public plus large, du fait du caractère sans frontière de la blockchain. Avec la transparence qu’offre la blockchain, les transactions de NFT peuvent être facilement accessibles et tracées, ce qui donne une certaine légitimité aux œuvres des créateurs.

Cependant, malgré l’engouement autour des NFTs, les créateurs indépendants peuvent être confrontés à certains défis concernant l’utilisation de ces technologies innovantes pour monétiser leurs créations. Par exemple, les conséquences environnementales de la blockchain peuvent poser problème pour les créateurs les plus écologiquement consciencieux.

Des autres contraintes que peuvent rencontrer les créateurs de contenus numériques sont la volatilité et la fluctuation des prix à cause de la spéculation. En 2021, certains NFTs ont vu leur prix augmenter alors que d’autres ont vu leur valeur chuter drastiquement : l’industrie des NFTs a ainsi enregistré une baisse substantielle de 92 % du prix moyen des ventes de jetons. Ainsi, les NFTs représentent encore une nouvelle technologie à appréhender, ce qui réduit leur attractivité et leur nombre d’utilisateurs. Ils conservent leur titre de « phénomène » pour les groupes d’investisseurs et de collectionneurs. La viabilité de ce système est finalement remise en cause du fait de la faible promotion de ce secteur et du déclin de plusieurs plateformes NFT.

De plus, bien qu’offrant des échanges sécurisés, il existe toutefois des tentatives (et réussites) de fraudes qui ont un impact sur la fiabilité du marché des NFTs, comme en 2021, lorsqu’un vol de 150 000 dollars a été commis grâce à un lien frauduleux posté sur un marché de NFTs. Les victimes devaient connecter leur crypto-porte-monnaie pour recevoir un soi-disant NFT en édition limitée mais voyaient finalement leur fortune transférée au compte du voleur.

Fin d’un phénomène ou début d’une nouvelle ère ?

Nous avons vu que malgré une utilisation démesurée des NFTs pendant la pandémie du COVID-19, elle s’est aujourd’hui effondrée : 95% des NFTs ont perdu toute leur valeur.

Cette chute peut être particulièrement due au marché “hautement spéculatif et volatil” dans lequel cette technologie se rencontre, en plus des questions éthiques catastrophiques qui restent en suspens pour le moment.

Enfin, malgré toutes ces incertitudes, la technologie de la blockchain et des NFTs reste tout de même révolutionnaire dans le monde de l’art, en ayant démontré notamment ses capacités à permettre un échange sécurisé et instantané des NFTs, tout en prouvant et traçant la propriété des œuvres d’art.

Ainsi, des questions demeurent toutefois : se pourrait-il que dans le domaine de l’art, les NFTs aient atteint ses limites de potentiels et capacités ? Qu’en est-il des autres secteurs ? Serait-il pertinent d’envisager des utilisations concrètes des NFTs et de la blockchain dans des domaines telles que les médias et la publicité, ou encore la recherche scientifique ?



Citer ce billet
Benoît Epron (2023, 6 décembre). Les NFTs dans le futur : révolution technologique ou mirage économique ? . Architecture de l'Information. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/be2i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search