Les bibliothèques à l’aide de la Citizen Science

Petit panorama en 4 points

Par S. Abbou, L. Comé, E. Heintz, A. Kessi

Qu’est-ce que la Citizen Science ?

Phénomène émergeant dans les années 70 aux États-Unis, le concept de sciences citoyennes, sciences participatives ou Citizen Science en anglais, rencontre aujourd’hui un franc succès au point de se voir encadrer de manière quasi professionnelle. Héritage des sociétés savantes, la Citizen Science regroupe projets et programmes menés partout dans le monde grâce à la participation d’amateur·trice·s intéressé·e·s, notamment pour la récolte des données. Il s’agit d’un réel partenariat entre le public et les chercheur·euse·s.

Les projets concernés sont très variés, cependant plus nombreux dans les branches des sciences naturelles. Cela est dû à l’aisance avec laquelle la population peut collecter des données en ne possédant que des connaissances rudimentaires sur le sujet.

Cette science dite participative présente de nombreux avantages que ce soit d’un point de vue pratique ou théorique. Des projets qui n’auraient pas pu se développer ou même voir le jour faute de moyens sont désormais soutenus et maintenus par des amateur·trice·s (parfois très éclairé·e·s). L’impulsion de départ ainsi que le travail minutieux et souvent long de la collecte des données sur le terrain sont des aspects primordiaux,  parfois coûteux en temps et en argent, qui désormais se voient facilités grâce à la participation de citoyen·ne·s enthousiastes et motivé·e·s. La sensibilisation du public aux questions scientifiques en est ainsi renforcée. L’éducation dans ce domaine se fait différemment, de façon plus concrète.

On soulève ici un aspect intéressant du rapport de la société à la science. Cette contribution plurielle peut venir d’associations, de fondations, de musées et autres groupes amateurs et dénote un engagement citoyen marqué.

Science participative, fausse bonne idée ?

L’idée séduit et probablement à raison, mais elle essuie tout de même certaines critiques.

Par exemple, la récolte des données et leur interprétation posent un problème. Qu’en est-il de la fiabilité des résultats, lorsque nous ne pouvons pas garantir la fiabilité de la démarche scientifique de citoyen·ne·s « non formé·e·s » ? Malgré la motivation à produire de bons résultats, il arrive qu’il y ait des erreurs et il devient très compliqué de retracer l’origine de ces erreurs pour des amateur·trice·s.

D’un point de vue général, des questions se posent au sein de la communauté scientifique quant à la qualité des données produites. Et si la fiabilité des résultats est remise en cause, c’est toute l’entreprise qui périclite.

Le rôle des bibliothèques

Que viennent donc faire les bibliothèques dans tout cela ? Pour comprendre le lien entre les bibliothèques et la Citizen Science, il faut faire un petit point sur la situation actuelle des bibliothèques de lecture publique. Celles-ci tentent de se défaire de leur image austère d’institutions dédiées uniquement au livre et travaillent à offrir des prestations diverses qui sortent de leur cadre historique. L’une des missions chères à ces bibliothèques, qui nous le rappelons est un service public, est d’encourager l’éducation et l’engagement civique. Elles jouent un rôle important dans la promotion de la vie citoyenne. La science participative partage cet objectif.

Les ressources de vulgarisation scientifique, les accès numériques à toutes sortes de bases de données et de documents scientifiques, sont tant de points d’entrées vers la science en général. Les bibliothèques de lecture publique rendent accessible toute cette information scientifique et ainsi contribuent à la sensibilisation des usagers à la science en général.

Le fait également que les bibliothèques deviennent des espaces de plus en plus communautaires ainsi que l’émergence des « tiers lieux » nous a montré que ces espaces sont porteurs de projets collaboratifs scientifiques entre amateur·trice·s.

Les bibliothèques réunissent en un même endroit l’information scientifique et les citoyen·ne·s et sert de pont entre le monde académique et la communauté, ce qui facilite la participation de toutes les parties. Elles peuvent mettre en valeur les sciences participatives de bien des manières en tant qu’intermédiaires entre citoyen·ne·s, municipalités et scientifiques.

Leur mission d’information et de partage des connaissances décloisonne les sciences qui ne sont plus désormais réservées à une élite, mais accessibles à tou·te·s.

Les activités de médiation chères aux bibliothèques de lecture publique sont également de grandes transmettrices d’informations. Elles valorisent les collections scientifiques, permettent aux citoyen·ne·s de découvrir des sujets presque inaccessibles dans leur vie quotidienne ou tout du moins noyés dans la masse informationnelle d’Internet. Elles mettent également en lien certains acteur·trice·s professionnel·le·s avec la population. De manière plus subtile, elles influent sur l’image de certains domaines scientifiques en communiquant et/ou vulgarisant à leur propos. C’est une manière de rendre la science plus concrète, ce qui permet à plus de monde de s’y intéresser.

Il est également important de noter que de manière plus prosaïque, mais somme toute indispensable, les bibliothèques fournissent un lieu pour ces rencontres. Plus que cela, elles organisent ces rencontres, en font la promotion et s’assurent de porter ces échanges de façon inclusive et participative. Plusieurs guides, dont celui de l’UNESCO, ont d’ailleurs été créés afin d’aider le personnel des bibliothèques à mettre en place ce type d’activités médiatrices.

Si les projets de science participative sont globalement très bien accueillis tant par le monde des bibliothèques de lecture publique que par les citoyen·ne·s, d’autres n’y voient que peu d’intérêt. Il y a un vrai manque de volonté politique de pousser ce type d’initiative. La science est réservée aux professionnel·le·s, un point c’est tout. Le manque de ressources humaines et financières dédiées à ce type de projets est encore trop conséquent.

La science, un futur pour la bibliothèque et vice-versa

En Suisse, de nombreux exemples démontrent que les sciences participatives ont un bel avenir devant elles. Nous pouvons citer la Bibliothèque centrale de Zürich qui propose des projets de transcription de lettres et de ressources historiques.  Elle a fait entrer la Citizen Science dans ses objectifs stratégiques. Elle souhaite de la sorte faciliter la collaboration entre professionnel·le·s et amateur·trice·s de la recherche scientifique et faire se rencontrer les publics afin de les amener à collaborer sur différents projets.

La Bibliothèque centrale de Zürich exprime une volonté claire de se positionner comme un intermédiaire en mettant à disposition des ressources et en manifestant son engagement clair dans la médiation entre le monde scientifique professionnel et le monde scientifique amateur. 

La Citizen Science tire grandement profit du travail des bibliothèques qui, forcées de se réinventer à l’ère du numérique, profitent également de ce phénomène en multipliant les projets de médiation et en cherchant à devenir « autre chose ».



Citer ce billet
Benoît Epron (2023, 29 novembre). Les bibliothèques à l’aide de la Citizen Science. Architecture de l'Information. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/be2b

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search