Uber tout-puissant

NYC Taxi Doors at Taxi Garage - Sunnyside, Queens Flickr Chris Goldberg 12 février 2012

NYC Taxi Doors at Taxi Garage – Sunnyside, Queens
Flickr Chris Goldberg 12 février 2012

Billet rédigé par Stéphanie Séguin (EBSI) et par Laurence Tranchand Granger (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

L’entreprise américaine Uber semble suivre une croissance exponentielle depuis sa création en 2009. La start-up développe des applications mobiles pour mettre en contact des utilisateurs et des chauffeurs proposant un service de transport. Elle n’a rien de bien révolutionnaire en apparence, mais elle pourrait être emblématique d’un changement plus profond dans l’économie qui se dessine depuis plusieurs années.

Véritable tsunami, Uber est valorisé à plus de 50 milliards de dollars et son application Uberpop s’est étendu à plus de 300 villes en un an, devenant une figure emblématique de l’économie du partage. Mais malgré son chiffre d’affaires en forte croissance, Uber n’a pas encore démontré la viabilité de son modèle économique à long terme. On appris récemment qu’elle subit, malgré sa croissance, de lourdes pertes

Tentons un retour sur les raisons du succès du modèle économique d’Uber, sur le débat sémantique qui suit son développement, sur le rôle de l’État par rapport au phénomène d’ubérisation de l’économie et sur des pistes de résistances possibles.

De start-up à monopole : le succès d’Uber

La raison du succès rapide d’Uber a de quoi impressionner les entreprises traditionnelles et leurs dirigeants… En résumé, son modèle commercial est fondé sur la désintermédiation, la mutualisation de la propriété des clients –conducteurs et utilisateurs- via le peer to peer. L’utilisation d’une plateforme supportée par le smartphone permet de dématérialiser et de traquer les transactions des utilisateurs.

L’avantage économique de ce modèle est aussi qu’en s’appuyant sur la rapidité du numérique ainsi que sur un réseau international, Uber parvient à s’affranchir des réglementations sociales, fiscales et administratives locales. Elle s’étend ainsi dans les zones grises de la juridiction. Sous le couvert de la libre-concurrence, Uber organise une activité commerciale régulière de vente de services comme s’il s’agissait d’une activité occasionnelle. Cette activité est dispensée d’assurance professionnelle et la société met en place un système qui lui permet de ne pas salarier ses conducteurs, et le moins possible ses employés dont les tâches sont majoritairement automatisées ou contractualisées. L’entreprise repose ainsi sur un modèle commercial d’un genre nouveau, dépassant les frontières, qui lui permet d’accéder à un profit inaccessible aux entreprises suivant le modèle juridique et économique traditionnel.

De plus, Uber propose un service attractif pour les utilisateurs en le présentant comme une démocratisation de l’accès aux taxis moins coûteux et plus rapide ainsi que comme une possibilité d’autoentreprenariat. Parallèlement, l’entreprise propose aux villes un moyen de résoudre leurs problèmes d’urbanisation et de mobilité. En effet, l’entreprise prétend être « un réservoir de données indispensables aux urbanistes » et propose de vendre les données récoltées sur les utilisateurs aux municipalités pour les aider à développer leurs réseaux de transports de manière innovante. En utilisant ces données, les villes sans grand moyen financier pourraient trouver des solutions aux problèmes d’engorgement du trafic, souligne Morozov. L’exemple de la régie des transports publics de l’Oregon est significatif : celle-ci a payé l’entreprise Strava pour avoir accès à ses données sur les cyclistes afin d’améliorer son réseau routier.

Débat sémantique et envers des promesses

De leur côté, les employés d’Uber parlent de précarisation ou de concurrence déloyale, les analystes économiques parlent de la disparition programmée du travail salarié (ou « robotariat ») au profit de l’automatisation et de l’autoentreprenariat, et les politiques se voient dépassés dans leur rôle de protection sociale… Uber appelle cela la « destruction créatrice » et de « flexéconomie ». Elle taxe d’opposants au progrès ceux qui se lèvent contre un projet économique présenté comme un projet social.

Le discours prôné par Uber s’appuie sur le glissement sémantique entre autonomie individuelle, coopération et créativité qui a permis de « faire pénétrer dans l’univers marchand les aspirations de la contreculture », comme le souligne Dominique Cardon dans la préface du livre « Aux sources de l’utopie numérique ». Cette rhétorique communautaire  légitime les activités plus ou moins légales des « starts-up » ainsi que la constitution rapide de leur monopole sur une activité.

Ainsi le discours de l’entreprise multimilliardaire Uber croise étrangement celui des anarchistes ou des libertariens dans la promesse d’une possibilité pour les individus de traiter directement les uns avec les autres en éliminant les hiérarchies encombrantes. Qui voudrait s’opposer à des promesses telles que « changer le monde », « redonner le pouvoir aux individus », « raviver des communautés » ? Cette reprise d’un vocabulaire habituellement réservé aux militants progressistes, d’un discours messianique comme le souligne Jean-Michel Salaün, crée une confusion autour des intentions de l’entreprise en permettant à Uber d’esquiver les pluies de critiques qui lui sont adressées…

Malgré ses allures désintéressées, Uber demeure, aux yeux de plusieurs, un produit du capitalisme spéculatif qui a trouvé un nouveau filon pour faire du profit et éviter de payer des taxes. Pour Flavie Halais, Uber proposerait un palliatif à la crise économique, « la douce illusion qu’il est possible — moyennant quelques heures de travail en plus — d’accéder à un niveau de vie rendu inatteignable ». Cet autoentreprenariat transfert les risques vers les individus, risques qui pesaient autrefois sur les employeurs, réduisant la possibilité de recours pour des conditions de travail décentes. De même, la certification pour les chauffeurs est remplacée par un système de « confiance » mis en place sur la plate-forme… Tout cela produit un malaise résumé par citizen-web : « C’est une chose que de défendre la libre entreprise, c’en est une autre que d’affirmer que les individus, une fois libérés du salariat, auront tous quelque chose à offrir. »

Il relève traditionnellement du rôle de l’État de défendre des valeurs d’égalité pour réduire les abus de la part des employeurs d’une part, et encadrer une conception purement darwinienne qui se limiterait à la promotion des « agissants » au profit des « silencieux ». Cardon souligne à juste titre que, « loin de bouleverser les hiérarchies sociales, (…) l’expressivité connectée des engagés de l’internet a sans doute plus transformé les modalités d’exercice de la domination que la composition sociale des dominants ».

Ubérisation, austérité et rôle de l’État

Evgeny Morozov souligne le lien entre Silicon Valley et Wall Street. Le premier serait emblématique d’innovation et d’abondance et le second de pénurie et d’austérité. Il est difficile, selon lui, d’évoquer l’essor des applications de l’économie du partage sans évoquer les réductions budgétaires qui touchent les institutions traditionnelles. Il rejoint ainsi Hannah Arendt qui soutenait que la question technologique est d’abord politique, comme le souligne Jean-Baptiste Soufron.

Ainsi serait-il impératif de réexaminer le rôle des État. Ces derniers tentent mettre Uber hors-la-loi, de l’encadrer ou simplement d’obtenir ses données. Mais quel sens faut-il donner à une « ubérisation » qui voudrait faire système ? Quel rôle l’État doit jouer face aux turbulences économiques et politiques, sources des « solutions » technologiques d’Uber qui favorisent d’abord ses profits ? Morozov met en garde : « L’amour de l’innovation — la vraie religion de notre temps — […] ne doit pas servir de prétexte à nous faire encaisser le coût » de cette crise…

Les « irréductibles » d’Uber, ou la contre-attaque des villes

Qu’ils se positionnent ou non par rapport à ces questions, les différents accueils que les villes lui réservent remettent en cause le modèle d’Uber, forcé de réviser ses stratégies et de tenter des alliances parfois coûteuses avec des spécialistes en affaires publiques et des lobbyistes dans tous les pays…

Alors que l’entreprise avait refusé communiquer les données de ses utilisateurs californiens et new-yorkais aux villes concernées, le 15 janvier 2015 celle-ci accepte que Boston accède à ses données après avoir reçu le droit d’y opérer légalement… Le 23 septembre 2015, le Conseil Constitutionnel français a interdit Uberpop, mais permet encore au service de proposer des chauffeurs professionnels. Dans le reste du monde, les attaques en justice se multiplient : Corée du Sud, Belgique, Scandinavie, Pays-Bas… En Espagne, la société se bat contre une décision du tribunal qui a déclaré le service illégal. Le bras de fer de New York contre Uber est aussi commencé : à cause de l’arrivée des VTC, le maire de la ville déplore l’augmentation du trafic de 9% et limite l’augmentation des VTC. Parallèlement il fait baisser la licence de taxi de 23%.

Au Québec, le ministre des transports a déclaré qu’Uber exerce une concurrence déloyale. Le maire de Montréal a proposé en septembre 2015 une rénovation de la réglementation sur le transport en taxi pour « améliorer l’expérience des clients ». Le coup de jeune des taxis montréalais avec la géolocalisation des taxis, le paiement électronique, l’implantation de véhicules électriques et hybrides est une contre-attaque face à l’avancée du géant californien.

D’autres villes n’ont pas attendu pour révolutionner leurs transports grâce aux nouvelles technologies. Depuis 2014 Helsinki propose l’application Kutsuplus, contrôlée et subventionnée par la municipalité, proposant des mini-bus via une application permettant de visualiser et d’optimiser son trajet. Si l’utilisateur accepte les conditions, le mini-bus adapte sa route en venant le chercher, sans que le trajet ne fasse perdre trop de temps au reste du bus.

Affaires à suivre…

Sources consultées

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search