Bitcoin : La ruée vers l’or, version XXIe siècle

Billet rédigé par Miguel Gosselin Dionne (EBSI) et par Fanny Levade (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

En 2008, une entité fictive nommée Satoshi Nakamoto publie le texte fondateur du bitcoin. Sept ans plus tard, en mars 2015, Böhme estime que les transactions de la devise à l’international s’élèvent à près de 50 millions de $ par jour, la transaction moyenne s’élevant à 2 BTC (environ 500$), malgré une mauvaise réputation qui l’associe à Silkroad (qui avait entraîné une chute de la monnaie en 2013) et à Mt. Gox (qui avait aussi perturbé le cours de la cryptodevise en 2014).

Le phénomène ne laisse pas indifférent : si les États ont commencé à réguler la pratique, ses défenseurs présentent ce nouvel or postmoderne comme un instrument émancipatoire favorisant la liberté personnelle et l’anonymat. En face, on l’accuse d’être un dispositif technique de formation d’un hyperlibéralisme hi-tech, d’entraîner les pires catastrophes inflationnistes ou simplement de ne pas être si sécuritaire après tout. Partout la même question : le bitcoin peut-il remplacer la monnaie ?

Le bitcoin, au goût du jour

L’histoire de la dématérialisation de la monnaie ne date pas d’hier. Des sociologues québécois font une relecture des écrits de Bourdieu pour souligner l’impact social de la financiarisation des relations internationales, incluant les ententes de crédit entre institutions et individus. Le mouvement se serait cependant accéléré depuis une dizaine d’années, avec l’apparition des transactions électroniques, le développement de protocoles de cryptage pour les sécuriser et un contexte très favorable à son développement avec la crise financière. Émergent alors de nouveaux besoins, mais également de nouvelles problématiques qui font coïncider l’analyse économique et informationnelle. Karlstrøm s’inquiète, en 2014, de l’impact que la massification de ce type d’échange pourrait créer sur plusieurs grandes institutions économiques, notamment au niveau de la taxation, de l’accès au crédit, de l’établissement des taux d’intérêt et du contrôle des échanges internationaux.

Qu’est-ce qui distingue le bitcoin des autres monnaies électroniques ? D’abord, l’algorithme utilisé permet de réduire l’incertitude de la transaction sans avoir recours à la validité de l’identité légale des partenaires, grâce à des « block chain » qui segmentent l’information. Contrairement par exemple à Paypal ou iStore, qui sont des services dématérialisés s’inscrivant au sein de l’économie bancaire standard, le processus proposé par bitcoin utilise un réseau peer-to-peer qui valide la transaction en temps réel. Selon l’analyse de Maurer, faite en 2013, cela laisse moins de traces significatives et impose moins de frais qu’un billet de banque. Un point est souvent mis en avant, celui de la sécurité et du contrôle, en effet, cette monnaie permet de faire ses paiements sans livrer d’informations personnelles. Le risque de vol d’identité est réduit. Il s’agirait donc d’une forme améliorée de cryptomonnaie. Le système bancaire standard pointe une autre différence importante : la banque peut créer de « l’argent dette » alors que du côté du bitcoin on parle « d’argent valeur ». A la bourse, quand une société émet un titre financier, elle émet une valeur, ici c’est le réseau bitcoin qui en émet.

Les “pro-bitcoin” prônent la liberté de marché. Les frais de transaction en bitcoin sont de moins de 1% alors que les commissions sur les sites de e-commerce par exemple sont, aujourd’hui, entre 2% et 10%. Ne dépendant pas d’une autorité centrale, les utilisateurs ont un contrôle total de leur argent, abolissant à la fois frontières et taxes. De là, découle que la valeur d’échange du bitcoin n’est pas reconnue par un tiers-parti institutionnel comme une banque centrale, mais seulement par des partenaires privés. Cette monnaie est régulée par des milliers d’intervenants, sur le modèle « peer-to-peer » où chaque nœud du réseau possède théoriquement les mêmes capacités. Il s’agirait donc d’une monnaie à la fois décentralisée et dénationalisée, dont l’écosystème est constitué par un environnement logiciel spécifique et d’une liste de partenaires.

Annonçant déjà l’évolution du concept, de nouvelles monnaies viennent concurrencer le bitcoin sur son propre terrain comme le litecoin, le dogecoin, le mazacoin ou l’auroracoin.

Des usages et des avis partagés

Selon la recherche de Bohr en 2014, le mode de fonctionnement du bictoin lui-même rend difficile l’établissement d’un portrait clair des usagers, mais certains ancrages de ces transactions dans l’économie matérielle ont été identifiés, par exemple lors de la revente en devises nationales ou de l’achat de services en ligne. Outre des transactions auprès de marchands identifiés (dont la liste est mise à jour en continu), Christin a montré, en 2013, que les utilisations courantes incluent l’achat de produits illicites (notamment de narcotiques) ou sensibles (jeu en ligne, pornographie), des transactions de crédit à très haut taux et certaines pratiques d’évasion fiscale. Les réseaux bitcoin n’offrent pour l’instant pas de services adaptés pour les transactions internationales et de crédit de l’usager moyen, notamment cause de son coût élevé et de sa volatilité.

La banque de France a publié un rapport le 5 décembre 2013 sur “Les dangers liés au développement des monnaies virtuelles : exemple du bitcoin”, mettant en avant qu’il s’agit d’une monnaie non régulée n’offrant aucune garantie. Il liste les dangers liés au développement du bitcoin. Son caractère anonyme, qui favoriserait le blanchiment des capitaux, représenterait aussi un risque financier pour les acteurs qui le détiennent. Même son de cloche chez certaines entreprises dont Apple, qui ont longtemps considéré le bitcoin comme un concurrent en matière de paiement mobile et qui bloquaient plusieurs applications de wallet (“portefeuille” en français) sur l’App Store.

Pourtant aujourd’hui, plusieurs institutions tels que le Nasdaq, ou les banques UBS, BNP, la Banque Centrale d’Angleterre, jusqu’aux plus grands groupes d’audit comme KPMG ou Deloitte, trouvent des avantages au bitcoin comme alternative. La banque britannique Barclays mobilise une équipe de 75 personnes dans deux laboratoires et les banques BNP Paribas et UBS suivraient le pas. Qu’est-ce qui les intéressent précisément : sa vitesse de transfert presque instantanée conjuguée à ses coûts dérisoires et aussi que les utilisateurs ne peuvent pas dépenser plus que ce qu’ils ont en poche.

Entre les “pro” et les “contre”, les grandes institutions bancaires ont commencé à se mobiliser pour développer des régulations pragmatiques. La Fédération Bancaire Européenne (FBE) a récemment publié un rapport qui vise à la refonte numérique du système bancaire, par le développement d’un cadre réglementaire complet et l’application de lois de lutte contre le blanchiment d’argent aux transactions de devises numériques. Elle souligne aussi l’intérêt de la technologie block chain pour réduire les coûts de transfert et de traitement de l’argent, et pour sécuriser les dépenses et augmenter la vitesse des banques dans toutes leurs activités, ce qui paraît contredire l’affirmation de l’économiste français Jacques Attali pour qui « les Etats vont tout faire pour réglementer cette monnaie, pour la tuer ». L’État de New-York vient d’imposer une nouvelle “BitLicense”. Yanis Varoufakis, l’ancien ministre des finances grec, y voit de son côté une opportunité pour la transformation des rapports entre États, débat qui a été soulevé lors de la crise traversée par son pays en 2015.

Pour un aperçu visuel des différentes régulations nationales du bitcoin à l’échelle du globe, voir la carte interactive de CoinDesk.

Après l’envolée, la régulation ?

Le bitcoin peut-il remplacer la monnaie ? L’évaluation de sa réelle utilité et de son aspect pratique continue de se faire par les individus et institutions concernés à différentes échelles. Sa démocratisation est loin d’être assurée, notamment parce que les applications quotidiennes demeurent incertaines.

Dans son texte Bitcoin: Economics, Technology, and Governance, paru en 2015, Rainer Böhme rappelle les principales caractéristiques du fonctionnement du bitcoin et se questionne sur les conditions nécessaires pour l’émergence d’une crypto-monnaie comme médium de transaction généralisé. Pour lui, les coûts et les risques associés à la décentralisation dépassent toujours les bénéfices présentement retirés par la majorité des investisseurs, notamment concernant la stabilité du système de traitement et la forte volatilité du bitcoin. Une régulation étatique (intervenant sur les pratiques criminelles, limitant la pratique à certaines sphères de transaction pour protéger les consommateurs, offrant l’option de régulariser certaines transactions en cas de fraudes) pourrait, selon lui, soutenir l’instauration de cryptomonnaies à l’échelle mondiale.

L’avenir dira si les aspirations révolutionnaires des pionniers du bitcoin seront intégrées aux pratiques financières courantes. Quoi qu’il en soit, l’exploration de nouvelles pratiques économiques adaptées aux territoires virtuels rajeunit les questions d’économie politique.

Bitcoin – more than just money par Dug Campbell au TEDx University of Edinburgh

Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search