Mettre en partage le patrimoine culturel européen sur le Web Sémantique

Europeana est un projet européen dont l'objectif est de faciliter l'accès à un très grand nombre de ressources documentaires numérisées issues des bibliothèques, musées, centres de documentation ou archives nationales des pays de l’Union. Lancé officiellement en novembre 2008 et soutenu en grande partie par la commission européenne, ce moteur de recherche indexait les métadonnées de 26 millions d’objets fin 2013.

europeana_eu

Le site Europeana.eu se présente de prime abord sous la forme d’un portail général orienté vers le grand public, composé d'un moteur de recherche, et d'un ensemble de liens vers des expositions en ligne et collections thématiques (comme sur le Darwinisme en Espagne ou la Guerre de 14-18).

Reprendre la main sur l'archivage numérique du patrimoine

Le projet Europeana est lancé dans un contexte de controverse importante entre certains états européens et Google, et peut être envisagé en grande partie comme une réponse politique à la stratégie de numérisation et d’indexation globale entrepris par la firme américaine depuis 2004. Grâce à des accords passés avec certain nombre des bibliothèques anglo-saxonnes, Google met rapidement à disposition via son moteur Google Books, des ouvrages intégralement scannés, le tout dans un flou (vide) juridique important concernant la question des droits d’auteur. Face à cette entreprise qui constitue une révolution à la fois technique, mais également économique et juridique, des acteurs du monde de la culture, à commencer par Jean-Noël Jeanneney à l'époque directeur de la BNF, dénoncent cette initiative unilatérale et la stratégie du fait accompli opérée par Google.1 En 2005, la commission européenne accélère l’idée de la création d’une Bibliothèque Numérique Européenne susceptible de donner accès à tous au patrimoine numérique européen, sans avoir à passer par les serveurs du géant américain. Le premier prototype de ce projet sera donc lancé en novembre 2008, au Salon du livre de Paris, sous le nom d'Europeana.
 
Europeana apporte une réponse à des questions essentielles : qui archive la culture à l'ère numérique et sous quelle forme ? L'Europe peut-elle se permettre de laisser l'archivage de son histoire culturelle à une firme privée, à la démarche intéressée, aux règles juridiques floues et potentiellement changeantes, et qui plus est américaine ? Et comment permettre aux citoyens européens, au grand public comme aux chercheurs, d’accéder librement à leur patrimoine culturel ?

Moissonner les données, les structurer puis les enrichir en les liant au web sémantique

Europeana est d'abord un vaste projet technique de collecte et de structuration des données du patrimoine numérisé mises à disposition par plus de 2000 institutions des pays de l'union. Pour réaliser ce travail à grande échelle, Europeana s’appuie sur le protocole OAI-PMH (Open Archive Initiative - Protocol for Metadata Harvesting), dont le but est de littéralement « moissonner » (harvesting) les métadonnées de l'entrepôt aux serveurs d'Europeana. Cette « moisson » se réalise dans un cadre juridique défini, le Data Exchange Agreement (détails), accord passé entre Europeana et l’institution détentrice des métadonnées.
cdf8d566-e92d-4b3a-96f8-514df45aa020
Une fois les données moissonnées, Europeana se charge de les structurer et de les enrichir avant publication. Pour cela, les équipes s'appuient sur une ontologie OWL spécifique, l’EDM ou Europeana Data Model. Ce modèle, ouvert lui aussi, a été créé pour répondre aux problématiques spécifiques du projet Europeana : s’adapter à différents modèles de données moissonnés ; s’adapter aux besoins spécifiques des données patrimoniales ; éviter la perte de données et conserver leur granularité ; co-exister avec les données originales. Si l'EDM introduit des classes spécifiques, il s'appuie sur des vocabulaires existants (OAI-ORE, SKOS et DC notamment) pour structurer les métadonnées en RDF (Resource Description Framework) et s'accorder ainsi aux principes du Web Sémantique.
europeana
En 2012, Europeana transforme une grande partie de ses données en données liées (Linked Open Data) : des URIs pérennes et déréférençables permettent d'accéder aux représentations des objets ; les informations sont fournies en RDF ; les triplets sont connectés à d’autres sources de données liées existantes, comme les lieux (avec GoeNames), les concepts (GEMET) et les personnes (DBpedia). Si cette démarche est encore à l'état de projet pilote, des premiers jeux de données sont accessibles aux formats RDF et représentées en EDM. Cette publication est accompagnée de la mise en place d'un endpoint SPARQL (SPARQL Protocol and RDF Query Language), provisoirement disponible sur la plateforme Ontotext, afin de rendre possible l'écriture de requêtes. La publication des données au format Linked Data rend avant tout possible un traitement direct par les machines, et est susceptible d’initier ou de stimuler de nombreux projets de recherche en humanités numériques.

Faire vivre les données : vers de nouvelles formes de recherche et d'éditorialisation

Outre la collecte et la publication ouverte, l’autre versant du projet Europeana consiste donc à favoriser leur circulation et leur emploi dans des projet internes ou tiers. Il s'agit donc non seulement d'archiver le patrimoine, mais aussi de le faire vivre.
Les deux APIs proposées (REST et LOD) ouvrent la possibilité à tout un chacun, amateur comme spécialiste, d’inventer de nouvelles manières d’interagir avec la base Europeana, et d'ainsi favoriser la création de nouvelles connaissances.
Les projets, dont la plupart sont directement initiés par Europeana, sont référencés dans la page dédiée au applications. Quelques-uns ouvrent des perspectives intéressantes :
Culture Globe et Carare Map proposent une visualisation géographique des résultats.
Europeana Remix croise des données issues d’Europeana et d’autres sources avec le court film réalisé pour promouvoir le projet de collecte et de numérisation europeana1914-1918.
LocationLODer est une interface de recherche sémantique basées sur Europeana et les autres jeux de données liées, comme DBpedia.
Depuis 2011, Europeana soutient par ailleurs la création d’applications basées sur son API par l’organisation de hackatons. La plupart des prototypes issus de ces sprints créatifs sont accessibles via le portail du projet. Le projet Storyana (2012) explore notamment le potentiel de la présentation des données sous une forme narrative par la création de courtes histoire générées en fonction de la recherche effectuée (exemple).
 
Afin de prendre en main l’API et d’en explorer le potentiel, j’ai développé une série de « prototypes de recherche » : un moteur relativement basique, qui affiche les résultats en liste d’images et permet de les filtrer par type ; un interface de visualisation permettant d'effectuer des premiers tris ; un autre moteur basé sur une recherche géographique exploitant directement le endpoint Sparql (code initial par J-P Magué) ; et enfin un dernier proposant une recherche par période.

bubbles

 
 
Si le portail est encore peu visible du grand public, le travail de fond réalisé sur l’architecture des données et la mise en place d’un « SPARQL endpoint » est une étape importante vers un usage généralisé du service dans le monde de la recherche en humanités.
À l’heure où la notion de « commun » cherche peu à peu à redéfinir un modèle de la mise en partage à l'ère numérique, Europeana propose déjà une réponse certes encore imparfaite, mais certainement prometteuse.
Enfin face à l'opacité des algorithmes de Google, le projet Europeana prouve que les décisions techniques en matière de patrimonialisation sont aussi des décisions politiques.
 
1 Cette réaction prendra notamment la forme d'un essai Quand Google défie l'Europe : plaidoyer pour un sursaut (2005, 2006, 2010), aujourd'hui traduit en quinze langues.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search